BH 2017 : Pour IOActive, l’ère atome humanum est

Actualités - Conférence - Posté on 17 Août 2017 at 3:36 par cnis-mag
arbyreed

arbyreed

BlackHat2017, Las Vegas : Les écrits de Ruben Santamarta font à chaque fois l’effet d’une petit bombe. De par l’éclairage alarmiste des services de communication d’IOActive, mais aussi en raison de la densité des informations directement exploitables qui s’y trouvent. Le dernier en date, intitulé Go Nuclear: Breaking Radiation Monitoring Devices, passe en revue les multiples outils périphériques aux centrales nucléaires civiles. Et notamment les capteurs dosimètres et portiques de détection de radioactivité.

Rien de très nouveau sous le soleil InfoSec, les bourdes et autres étourderies que l’on rencontre dans le domaine de l’automatisme se suivent et se ressemblent : ports IP ouverts, mots de passe de « superuser » codés en dur (portiques de détection de radioactivité Ludlum), cartes électroniques estampillées « made in USA » arborant fièrement un module Xbee fabriqué à la chaine en Chine (et vendu moins de 60 euros sur eBay), les erreurs d’intégration ne manquent pas. Aucune de ces failles n’est véritablement critique, puisque que totalement indépendantes du réacteur lui-même, et leurs alertes généralement inféodées à des procédures de mesures de vérification multiples et contradictoires. Tout au plus la chose serait exploitable dans un épisode de la saison 3 de Mr Robot.

L’article de Santamarta est plus qu’intéressant, non pas en raison de son côté « nucléaire » difficile à exploiter dans la vie courante d’un pirate Brésilo-Tchéchéno-Nigérian, mais de par les variations que l’on peut imaginer. Le hack du module Zigbee, par exemple, est à la fois simple et déclinable en une foultitude d’exploitation par fuzzing, à commencer par certains boîtiers antivols, pas mal de portails automatiques, une quantité impressionnante de modules utilisés dans la grande distribution ou chez les professionnels du stockage. Si l’on excepte l’ouverture sauvage à la scie Dremel du blindage du module (note personnelle : penser à offrir une station de reprise à air chaud pour l’anniversaire d’IO Active), tout ce qui est décrit dans cet article pourrait servir de test de sécurité de premier niveau pour tout industriel souhaitant IoTer proprement.

Laisser une réponse