BlackHat 2017, Arsenal : Sur les ondes, tout le monde vous entend crier

Actualités - Conférence - Posté on 27 Juil 2017 at 9:21 par cnis-mag
csete

csete

BlackHat 2017, Las Vegas.En ces jours de hacks tous azimuts, d’IoT florissant et de badges radio actifs, il semble tout naturel que la gente InfoSec se passionne pour le décodage des trames transmises sur des médias haute-fréquence, les vapeurs de flux et d’étain en fusion. Ce qui suit donc est un rapide aperçu de l’actualité hebdomadaire hackeuse des plateformes matérielles en général et du spectre électromagnétique en particulier, règlementé en France comme nul n’est censé l’ignorer par l’article R226.3 et suivants du Code Pénal, ainsi que par le R20-27 du code des P&T.

C’est Johannes Pohl qui a ouvert les hostilités. Ce scientifique de la « University of Applied Sciences » de Stralsund, dans le nord de l’Allemagne, a développé au cours des derniers mois Universal Radio Hacker (sur Github), un outil « open » extraordinairement pratique pour qui souhaite effectuer de l’analyse de signal radio. La présentation qui en a été faite dans le cadre de « l’Arsenal » de la BlackHat n’a été qu’une version très réduite des quatre vidéos publiées par l’auteur sur sa chaine Youtube : de la réception à l’exploitation, en passant par la démodulation, le décodage, l’analyse et enfin la génération (spoofing) d’un signal radio « compatible » avec ce qui a été reçu. UHR automatise, simplifie le décodage des signaux numériques transmis par radio, grâce à une suite d’outils et de scripts Python. D’un point de vue matériel, cette suite est compatible avec la presque totalité des SDR de type « Soapy », autrement dit les clefs RTL-SDR, Airspy, Aircrack et ses dérivés, mais également l’USRP et LimeSDR. Il manque peut-être les « sources » de certaines radios plus haut de gamme, tel que le QSR1 de Phil Covington, ou des entrées de gamme polyvalentes tels que le Red Pitaya.

Laisser une réponse