Braquage de DAB, c’est 100% soft

Actualités - Hack - Posté on 10 Oct 2014 at 4:41 par cnis-mag

ohad* De la douceur, du feutré. Oubliées, les tractations entre carders et achat en loucedé d’identités bancaires. Aux orties, les coques plastiques des Skimmers, les claviers marrons, les lecteurs de piste faisandés et les caméras planquées. Le turbin évolue dans le mitan du techno-braco, et même le boulot de mule en est moins risqué. L’astuce ? Injecter un virus spécial « Windows Embedded » qui remplace littéralement la gestion du clavier et de la mécanique de distribution. La mule tape un code secret, sélectionne la cassette la plus remplie, indique le montant du retrait, et les talbins s’empilent dans la fente de prélèvement. Tu prends les adjas les fouilles bourrées d’artiche, sans te soucier des cognes.

C’est Symantec qui a eu le premier la puce à l’oreille, mis la main sur le virus et lui a donné un blaze : Padpin. Rien que les recommandations fournies sur la page Web en question en expliquent plus sur les méthodes de diffusion du virus que tous les manuels de cybertruanderie : « Bloquez les extensions .vbs, .bat, .exe, .pif et .scr sur vos serveurs de messagerie ». « Désactivez le partage de ressources ». Et la pire « Use a firewall to block all incoming connections from the Internet to services that should not be publicly available ». En Engliche dans le texte histoire de ne pas être accusé de traduction tendancieuse et d’entourloupe de sens… Comment un grossium comme Symantec peut-il recommander d’utiliser un firewall sur un réseau bancaire si ses spadassins n’ont pas déjà constaté de visu des systèmes DAB « en petite tenue sur Internet » ? Y’a pas à tortiller, les distributeurs, du moins de l’autre côté de l’Atlantique, sont parfois directement reliés au réseau local de la banque, lui-même relié à Internet d’une manière ou d’une autre. Recta.

Les archers de F-Secure vont plus loin encore, et se demandent comment les auteurs de Padpin sont parvenus à découvrir la fameuse API donnant accès aux « clefs du coffre ». Mais tout simplement en lançant une requête sur Baidu, le Google Chinois. La documentation technique des distributeurs NCR s’y trouve au grand complet, y compris et surtout les échanges d’API nécessaires à la sélection du service « clavier de saisie de code pin ». Du velour, j’te dis.

A l’Est, encore du nouveau. Chez Kaspersky, on bosse sur une toute nouvelle pince-monseigneur numérique nommée Tyupkin. Une vingtaine de signatures auraient été détectées en Russie, 4 aux USA, 2 en Chine et 1 en France. Chiffres à prendre avec des pincettes, car extirpés d’un savant usage des heuristiques de VirusTotal. Pour les mules et les attirés de la tirette, force est d’admettre que les conditions de travail sont revues à la hausse par rapport au système « skimmer/carding ». Une sorte de progrès social par la numérisation des caves, en quelques sortes. Les risques de se faire pincer sont faibles, et grande est la simplicité des manipulations à enchaîner. Une courte séquence vidéo tournée par l’équipe Kaspersky montre à quel point le concept même de « money for nothing »* prend corps grâce aux NTIC et à cette vision si particulière de la sécurité que cultivent les saigneurs de la finance. L’on comprend mieux les raisons pour lesquelles les légers découverts et les « services » par défaut qu’imposent les grands squales de l’oseille subissent une inflation que la disparition des agences et les compressions de personnel ne parviennent pas à compenser. Pour sûr, tout ça va éveiller de la vocation. Déjà Jules-la-perceuse s’est reconverti. Il abandonne la chignole et le pain de plastique au profit d’un Lenovo et d’un compilateur C… on l’appelle désormais « le dab du DAB » ou « Cash Converter ». Dans moins de 5 ans, parole, les meilleurs casses seront signés Microsoft Visual Studio, les complices s’appelleront Windows XP ou 98, et les braqués NCR, Diebold ou Nixdorf.

 

*ndlc Note de la Correctrice : Les moins de 15 ans y verront une allusion à une ritournelle du groupe Dire Straits et les amoureux de l’understatement et de l’humour Britannique une référence aux romans de P.G. Wodehouse.

2 commentaires

Laisser une réponse