Crypto-monnaies, aussi fluides que liquides

Politique - Stratégie - Posté on 25 Avr 2018 at 8:08 par cnis-mag

Retour sur l’article de Bitcoin.com titré « 46% des crypto-monnaies lancées en 2017 sont des échecs ». Plutôt que « lancement », l’on devrait parler d’ICO, sorte d’IPO dans le secteur des monnaies virtuelles, à la différence près que cette d’IPO new look se réduit à un « token » négociable à court terme, et n’est en aucun cas une action ou participation dans le capital de l’entreprise qui effectue l’appel de fond.

En se basant sur l’inventaire dressé par TokenData, nos confrères de Bitcoin.com en sont arrivés à des conclusions assez pessimistes. 46% des près de 900 « bitcoin-like » ont bu le bouillon dans l’année écoulée. 276 n’ont pas passé l’hiver, 142 ne sont même pas parvenus à franchir l’étape de l’appel à participation. Et ce n’est pas tout, ajoutent les enquêteurs. On peut considérer que 113 autres ICO sont quasi moribondes, portant la proportion d’échecs à plus de 54% : plus la moindre communication sur les médias sociaux, ou une masse critique si faible qu’elles ne peuvent espérer le moindre succès, même à longue échéance. Quelques instigateurs d’ICO sont même partis avec la caisse, empochant au passage des petites sommes, parfois, mais plus rarement, plusieurs milliers de dollars. Des escroqueries qui ne concernent pas que les créateurs de « finstartup », mais également les intermédiaires et opérateurs de services financiers spéculant sur les monnaies virtuelles. Quelques jours auparavant, la rédaction de Bitcoin.com annonçait l’inculpation des responsables de Weexhange et Bitfunder, victimes d’un vol de 6000 Btc, mais coupables de fausses déclarations et de dissimulation.

Au nombre des échecs et des semi-vies, l’on recense quelques probables escroqueries émanant d’entreprises notamment Africaines, des projets fantaisistes misant sur la mode ou les démons de la spéculation, ou des tentatives désespérées pour renflouer la capitalisation d’une entreprise, Kodak étant l’exemple le plus souvent cité.

Laisser une réponse