Espionnage : cognocere causas, Google et Nostradamus

Actualités - Espionnage - Posté on 19 Août 2014 at 2:39 par cnis-mag

hjortholm Google Translate servirait-il à véhiculer des messages secrets cachés dans les textes de remplissage de type « Lorem Ipsum » ? Ce Lorem Ipsum que les vieux « prots » de l’imprimerie au plomb affublaient du nom de « bolobolo » et qui sert généralement à remplir de faux textes des maquettes et autres tentatives de mise en page. Le Lorem Ipsum est à l’imprimerie ce que le gravier est à la marine à voile : un lest de remplissage, peu cher et sans signification ni valeur particulière.

Mais Brian Krebs prend l’affaire au sérieux et nous entraîne dans une aventure au scénario plus ravagé qu’un roman de Dan Brown. Les héros de l’histoire sont trois chercheurs, Lance James, patron de la branche cyber-intelligence chez Deloitte, Michael Shoukry de FireEye et un troisième dénommé « Kraeh3n ».

Ces enquêteurs de l’improbable ont découvert que les mots « lorem ipsum », selon la manière dont ils étaient écrits, avec ou sans majuscule, leur disposition dans la phrase, leur éventuelle répétition, pourraient offrir des significations étonnantes lorsque passées par le filtre de l’outil de traduction Google. Ainsi, les mots « lorem ipsum » donneraient « Chine », Lorem Lorem équivaudrait à « Home Business » et ipsum ipsum à « exam » (ndlr, depuis, Google Translate traduit Lorem Ipsum par Lorem Ipsum, ce qui est nettement moins rocambolesque et peu à l’avantage d’un logiciel de traduction)

Alors, les services de Google serviraient-ils de grille de codage aux valeureux espions de la NSA en opération dans le monde ? Plus besoin de chiffre, de grille de code, d’encre sympathique, d’embrouilleurs vocaux… il suffit d’expédier une missive en latin, Google se charge du décodage. Et nos chercheurs d’imaginer une édition moderne du Grand Chiffre de Louis XIV, comme d’autres chercheurs, en d’autres temps, ont cru deviner un sens caché à l’Apocalypse de Saint Jean ou aux écrits de Michel de Notre Dame. Ce qui tendrait à prouver que certaines boissons fermentées, de rares espèces de champignons ou des mélanges herbacés peuvent affecter avec la même virulence aussi bien des grands mystiques de Patmos, des mages du XVIème siècle ou des programmeurs « côte ouest ».

Laisser une réponse