GreHack, tout le sécu-gratin Dauphinois

Conférence - Manifestations - Posté on 19 oct 2016 at 6:30 par cnis-mag
Odyss34s

Odyss34s

Ca se passera le 18 novembre prochain, dans les terres de Lesdiguières. Comme pour les années précédentes, ce cycle de conférences orientées « sécurité des S.I. » se déroulera dans les amphis de l’Ensimag, sur le campus Universitaire Grenoblois.

D’un niveau technique de haut vol, GreHack a su, au fil des ans, attirer des intervenants prestigieux, et aborder des sujets parfois «oubliés » et très variés- sécurité des réseaux Modbus dans les complexes industriels, techniques de reversing matériel/logiciel, analyse réseau et « machine learning »…

Le programme de cette année débutera avec une approche Microsoftienne du durcissement des noyaux pour terminaux mobiles, avec Stefan Saroiu, puis un remake revu et augmenté des travaux de Damien Cauquil sur BtLEjuice, sujet déjà abordés à l’occasion de la Nuit du Hack. Un peu de manipulation et analyse d’expressions symboliques avec Arybo, suivi par une description d’Alcyon, environnement, outils d’automatisation des scripts Nmap, outil de pentesting on ne peut plus historique (par Thomas Sanoop). Jean-Yves Marion, de l’Inria, nous emportera ensuite dans le monde du code « déjà vu, ou presque» grâce à Gorille, et l’équipe Levent Demir, Mathieu Thierry et Vincent Roca se plongera dans les arcanes de dm-crypt, et dissertera du chiffrement de disque dur sous Linux.

Pour plus de détails, il suffit de consulter le programme sur un site web Grehack flambant neuf.

Comme à l’accoutumé, la manifestation s’achèvera par un l’inévitable CTF, ainsi que par une série d’ateliers animés par de grands noms du hacking européen : Philippe Teuwen, Pierre Lalet (IVRE par la pratique, avec son humour habituel et son impressionnante compétence), l’équipe de Miasm (Fabrice Desclaux et Camille Mougey), Julien Voisin, Guillaume Valadon dans les méandres de Scapy…

Exceptionnellement, l’équipe de CNIS Mag animera également l’un de ces ateliers. L’on y parlera, sans se prendre au sérieux, de radios logicielles, de points de compression à 1 dB et de taux d’échantillonnage.

Laisser une réponse