Le phishing ne sent plus le poisson

Actualités - Fuite d'information - Posté on 23 Fév 2018 at 6:11 par cnis-mag

Laurel L. Russwurm

Brian Krebs revient une fois de plus sur les us et coutumes des sites de phishing afin d’en analyser les évolutions techniques.

Le niveau de présentation et de rédaction de ces « fausses pages web plus vraies que nature » s’est singulièrement perfectionné ces derniers mois. Tant d’un point de vue graphique que sur le plan de l’orthographe ou des jeux de caractères exotiques. Mais les deux améliorations les plus marquantes, explique Krebs, en reprenant une étude de Phishlabs, concernent l’adoption quasi systématique de certificats et l’usage de plus en plus courant de sites construits spécifiquement pour les besoins de l’opération.

Concrètement, la grande majorité des grandes opérations d’hameçonnage s’affichent donc désormais sur les pages « https:// », arborant un cadenas vert et tous les signes d’une navigation protégée. La mode, continue Krebs, n’est plus à l’hébergement sauvage utilisant des sites légitimes piratés, mais à des domaines réellement hébergés sur des serveurs loués par les gangs mafieux. Le choix judicieux du nom de domaine et de la page contenant le formulaire de vol d’information rend encore plus difficile la détection de l’escroquerie.

Laisser une réponse