Les soirées de l’Ambassadeur sont inoubliables…

Actualités - Cyber délinquance - Posté on 17 Nov 2008 at 8:18 par cnis-mag

par yum9me… et certains de ses convives risquent de se retrouver « chocolat ». Ceci concerne surtout l’ambassade Indienne du Brésil, pays renommé pour ses batucadas et ses pirates informatiques, plus fins et plus inventifs que leurs homologues Russes ou Chinois. Une ambassade qui, nous apprend Websense, était devenue un véritable nid d’infections JavaScript. Le but premier de cette attaque était notamment de détourner les visiteurs-victimes vers d’autres sites, moins reluisants et un peu plus moscovites : vendeurs de faux antivirus, injecteurs d’exploits Adobe… rien là que de très classique pourrait-on dire.

La compromission des sites officiels est un sport qu’apprécient fortement tant les espions que les vendeurs de viagra frelaté. En janvier dernier, nos confrères du « Reg » nous apprenaient que l’ambassade de Hollande en Russie attirait ses visiteurs dans l’esclavage d’un botnet. En septembre de l’an passé, c’était le consulat des Etats-Unis à Saint-Pétersbourg qui, après une attaque en règle, propageait des maladies binaires contextuellement transmissibles. Maladies locales d’ailleurs, la balance du commerce extérieur des pays de l’Est étant fortement excédentaire en matière de malwares. En septembre 2007, l’ambassade de Syrie à Londres était contaminée, tandis que celle de France en Lybie se faisait circonvenir par… des pirates Ukrainiens. Dans l’ensemble, les taux d’infection des sites officiels se situent très en deçà des moyennes statistiques constatées dans l’industrie. Constatation à prendre avec prudence, compte-tenu du culte du secret qui sévit généralement dans les sphères de la haute diplomatie. Un culte qui favorise très probablement la dangerosité de ce genre d’injection, les victimes ayant à priori une totale confiance dans le modèle de sécurité de leur administration.

Laisser une réponse