Les virus NSA ont la vie dure

Actualités - Hack - Posté on 14 Déc 2018 at 3:39 par cnis-mag

divid3d

Faisant écho aux récentes recommandation du BSI concernant la sécurisation des routeurs Soho, voici que Akamai, dans un billet plutôt désabusé, revient sur les statistiques d’Upnproxy, un vecteur d’attaque génétiquement dérivé d’un exploit conçu par les équipes de la NoSuchAgency. Un exploit qui vise une faille dans le mécanisme « universal plug and play » installé sur la plupart des routeurs d’entrée de gamme. Depuis l’affaire des fuites massives des cyber-armes de la NSA et de la CIA (mises sur le marché par le gang Shadow Brokers), bon nombre de ces outils sont réapparus sous de virus variés, exploités cette fois non plus par des barbouzes, mais par des cyber-truands… la différence est subtile, les conséquences ne le sont pas du tout.

Il y aurait actuellement, affirment les techniciens d’Akamai, 277 000 équipements vulnérables « visibles sur Internet », dont 45 000 déjà compromis. Lesquelles donnent accès aux ports 139 et 445 du protocole SMB. Sur ces 45 000 foyers, il est probable que moins de 5 à 10% des propriétaires aient connaissance des procédures nécessaires à la désactivation de Upnp et à la mise à jour du microcode. Ce qui permettra à Akamai de relancer un cri d’alarme fin 2019 sur le même air et les mêmes paroles.

Laisser une réponse