Perturbations par CPL : c’est pas moi, c’est l’autre

Actualités - Réseau - Posté on 06 Juin 2011 at 10:59 par cnis-mag

Ca sent le roussi une fois de plus pour les « courants porteurs en ligne », ces outils de transmission sans fil qui n’ont pas besoin de courant porteur pour fonctionner. Après les Services Secrets de Sa Gracieuse Majesté, c’est au tour de l’UIT, la sacro-sainte organisation internationale qui régit le spectre radioélectrique dans le monde entier. Son dernier communiqué sur le sujet explique que les CPL brouillent fortement le spectre des ondes décamétrique, et que ce serait essentiellement la faute des « équipements domestiques non conformes avec les recommandations UIT ». Les barbouzes de la Royale Highness avaient été plus sévères, puisqu’ils affirmaient que certains produits vendus se prétendaient « conformes à des drafts normatifs qui avaient été depuis longtemps déclarés caduques »… donc conformes à un moment donné à des règlementations ou projets de règlementation d’un émis par une autorité de régulation locale ou de l’UIT elle-même en des temps où l’on aurait –est-ce croyable ?- traité les problèmes de Compatibilité Electro-Magnétique un peu par-dessus la jambe.

La bonne nouvelle, dans tout ça, c’est que les plaignants sont des responsables de réseaux de broadcast, donc des entreprises considérées comme des vecteurs économiques importants. La BBC est notamment citée par le communiqué de l’UIT. Jusqu’à présent, le seul à avoir osé, à périodes régulières, attirer l’attention sur les désastres provoqués par certaines installations fut le mouvement radioamateur, qui lui-même dépend de l’UIT faut-il le rappeler. Ces alarmes fondées sur des mesures scientifiques n’ont jamais été prises au sérieux par les politiques. A l’heure du développement des réseaux de radio numérique sur les ondes courtes (Digitale Radio Mondiale notamment), il est peut-être déjà trop tard. Les adaptateurs CPL de mauvaise qualité, principalement d’origine asiatique, sont déjà fort répandus en Europe et ont déjà provoqué une élévation du niveau général de bruits handicapants les systèmes de transmission commerciaux, de recherche et militaires.

5 commentaires

  1. Arnaud

    Le CPL est peut être mauvais pour la santé. De études poussées devraient pouvoir démontrer si c’est le cas ou non.

    Involontairement je baigne dans ce rayonnement depuis qu’un de mes voisins s’est équipé de boitiers CPL.

    Pour moi la conséquence directe, qui n’est pas à démontrer, est qu’il ne m’est plus possible d’écouter les radios internationales en ondes courtes. Un brouillage très puissant provenant du rayonnement de l’installation électrique du voisin est présent 24h sur 24.

    La seule solution que j’ai est de partir de chez moi, à plusieurs centaines de mètres avec mon récepteur, afin d’être suffisamment éloigné de ce pollueur.

    Je ne comprends pas comment du matériel aussi perturbateur peut se vendre, ne respectant aucunement les normes de compatibilité électromagnétique, avec la complicité des fournisseurs d’accès à internet qui encouragent la diffusion de cette technologie.

    Le câblage 220V des habitations n’a jamais été conçu pour transporter des signaux de fréquences élevées. De ce fait il fuit et se comporte comme une antenne qui rayonne dans un large rayon, brouillant de vastes gammes de fréquences.

    Et ça ne risque pas de s’arranger avec le débit des boitiers CPL qui augmente. Les bandes de fréquences perturbées seront de plus en plus étendues.

    Je comprends les radioamateurs qui se plaignent avec raison. Bref, la radio est morte grâce au CPL.

    Au moins le wifi ne pollue pas, il fonctionne sur la bande de fréquence qui lui a été attribuée, sans perturber les autres signaux radio.

  2. marc

    @marco

    Oui, tout le réseau électrique se transforme en antenne

    Non, la maison ne devient pas un gigantesque microonde. Comparons ce qui est comparable : un four microonde développe 1 kW sur 2400 MHz, pas quelques dizaines de milliwatts sur ondes courtes.

    L’étude que vous citez est à prendre avec des pincettes. Elle semble mélanger plusieurs notions et n’offre pas, dans sa version abrégée, le moindre renseignement qui permettent d’étayer cette affirmation. Un minimum de rigueur scientifique est nécessaire lorsque l’on aborde ce genre de sujet

  3. marco

    Et surtout le CPL craint un max question émission d’ondes à HF : tout le réseau électrique de la maison devient une antenne émettrice. Bonjour le micro-ondes géant. Contrairement au WiFi, des études sérieuses ont montré un effet cancérigène très puissant : exemple étude du ministère de la santé américain : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18512243?dopt=Abstract

  4. plein

    « Les adaptateurs CPL de mauvaise qualité, principalement d’origine asiatique, sont déjà fort répandus en Europe et ont déjà provoqué une élévation du niveau général de bruits handicapants les systèmes de transmission commerciaux, de recherche et militaires. »

    est ce réellement un mal ? à part pour la recherche, niquer le commerce et les militaires, je pense que c’est plutôt positif…

  5. C’est un peu tard.
    Toutes les Freebox Revolution sont livrées avec deux modules CPL en guise de transfo d’alimentation. Et impossible de shunter la fonction CPL, qui se trouve être parfois inutilisable.

Laisser une réponse