Plans d’investissement : un second souffle pour Q4

Etude - Tendances - Posté on 30 Juin 2009 at 9:15 par cnis-mag

ArtemFinlandLes RSSI et Ciso Américains peuvent respirer, assurent nos confrères de Security News. Une grande partie (45%) de leurs projets sécurité qui avaient été budgétés, puis suspendus au moment le plus fort de la crise des subprimes, seront reconduits. Cette enquête statistique est d’autant plus significative que les grands chantiers informatiques en matière de sécurité sont essentiellement lancés à l’initiative du secteur bancaire, lourdement touché aux USA. L’enquête, précisent nos confrères, a pris en compte notamment les intentions de Bank of America, Citi, Wells Fargo, MassMutual et Wachovia, tous fortement sinistrés.

Investir, oui, mais dans quelle direction ? Dans la chasse aux fraudes et aux fuites de données principalement, ainsi que dans les outils de protection des identités. Les institutions financières, banques, intermédiaires de transactions, grands commerces ont tous, durant les trois dernières années, été à l’origine de pertes d’informations spectaculaires. Non pas que ces partenaires soient humainement concernés par les conséquences de ces impérities, mais ils sont chaque jour un peu plus durement touchés par les amendes infligées suites aux procès en résultant (ainsi TJX, condamné à près de 10 millions de dollars). S’ajoute à cela la pression des administrations et des organismes normalisateurs. PCI-DSS pour les acteurs financiers, par exemple, ou « Red Flag », un renforcement et une extension à la conformité des Sections 114 et 315 du Fair and Accurate Credit Transactions Act poussé par la FTC. Peu étonnant, dans ces conditions, que 36 % des personnes interrogées espèrent pouvoir déployer des DLP (outils de prévention de perte d’informations) dans le courant de l’année. Sœurs siamoises des DLP, puisqu’intimement liées aux outils de gestion de l’information, les technologies d’authentification entrent dans 42 % des annonces d’intention d’investissement dans les 12 mois à venir. Bien qu’en perte de vitesse par rapport aux promesses de l’an passé, les outils de contrôle d’accès réseau (NAC) pèsent encore 45,7 % des intentions de déploiement.

Ces prévisions doivent, faut-il le préciser, être interprétées avec toute la prudence qui s’impose. En Europe en général, et en France en particulier, les investissements dans le domaine de la sécurité ont subi un important coup de frein, moins drastique que celui constaté dans les biens d’équipements informatiques généraux. En outre, et particulièrement dans le secteur financier, les jeux des mises en conformité et des normalisations sont « analogues mais pas comparables » à ce que l’on constate Outre-Atlantique.

Laisser une réponse