Quand les espions Britanniques vendent des clef USB

Actualités - Espionnage - Posté on 20 Juil 2010 at 8:37 par cnis-mag

Les services secrets de la Grande Bretagne, de tous temps, ont su élever avec attention leurs propres viviers de taupes et d’agents doubles. A tel point que lorsqu’il n’y a pas franchement matière à douter de leurs chers espions, les Britanniques s’en inventent. Ce 14 juillet dernier, Daniel Houghton, ancien fonctionnaire du MI6, arrêté en mars dernier pour avoir voulu vendre des secrets d’Etat, a plaidé coupable de la plupart des faits qui lui sont reprochés… à l’exception de l’accusation de « vol ». L’article du Reg, rédigé avec humour par notre confrère Chris Williams, laisse entendre avec cet art consommé de l’understatement que l’espion en culottes courtes est loin de concurrencer Aldrich Ames.

En culottes courtes, car Houghton, âgé de 25 ans aujourd’hui, en a 22 lorsqu’il entre au MI6 en 2007, 24 lorsqu’il en sort. Pas franchement l’âge où l’on se voit confier des secrets d’Etat. Présenté comme un « doué en informatique », il possède une double nationalité anglo-hollandaise (le genre de détail qui fait grimper de 15 dB l’indice de suspicion dans un service de renseignement normalement constitué). Intégré au sein d’une équipe chargée de développer un logiciel d’interception d’email, le James Bond en herbe commence consciencieusement à dupliquer sur clefs USB et CD-Rom le contenu des documents qui lui passent entre les mains, à commencer par les « secrets de fabrication » du dit logiciels d’espionnage. Puis il les stocke à son domicile, toujours sans éveiller la moindre suspicion interne… et tente de vendre le tout aux S.R. Bataves moyennant un dédommagement de 2 millions de Livres Sterling. Les barbouzes du Plat Pays préviennent leurs confrères Londoniens, qui à leur tour tendent une souricière à cet idéaliste du compte en banque bien garni et de l’amitié entre les peuples.

Fin de l’histoire, début du procès.

Il ressort de cette triste affaire une foultitude de points ténébreux.

Comment se fait-il qu’un service de renseignements pourtant technologiquement supporté (certains disent « noyauté ») par les services américains –dans le cadre de l’alliance UKUSA- ne possède pas d’infrastructure DLP ?

Par quel miracle un presqu’étudiant de 22 ou 24 ans peut-il accéder à des documents confidentiels, à des bases de données et à l’intégralité d’un projet de développement ?

A quel point l’apparente absence de cloisonnement des services a-t-elle permis ce genre d’activité ?

Selon quel critère les officiers de recrutement du MI6 sélectionnent-ils leurs troupes car l’on peut se poser des questions sur la maturité et l’intelligence* de Houghton, qui tente de « vendre des secrets » à des SR occidentaux Européens sans imaginer que cela puisse se savoir.

A partir de quel volume de fournitures les services généraux des espions de Sa Majesté considèrent comme suspect la consommation outrancière de supports de stockage vierges (CD, DVD, clefs USB etc). N’existe-t-il pas de procédure de vérification de comptabilisation desdits supports « actifs » et « détruits » ?

Pour quelle raison cette histoire rocambolesque, qui ressemble plus à un « pas de clerc » qu’à une réelle affaire d’espionnage, fait la une des journaux Britanniques depuis bientôt 5 mois. Rideau de fumée ou message subliminal à quelques instances politiques ?

Ces quelques questions laissent apparaître des trous béants dans la sécurité interne de la Albion’s Barbouze Company. Des trous qui seraient considérés comme de graves manquements professionnels s’ils avaient été décelés dans l’organisation d’une entreprise sous-traitante travaillant pour le compte de ce même gouvernement. Rappelons que la Grande-Bretagne, ses Ministres, ses militaires, ses fonctionnaires, sont des habitués de la perte de clefs USB sur des parkings de pub, d’affichage de listes nominatives confidentielles aux objectifs des journalistes et d’égarement de fichiers administratifs en tous genres.

En France, bien sûr, aucune affaire de ce genre ne peut survenir, les fuites n’existent pas, les erreurs humaines frappent n’importe qui sauf nos valeureuses institutions, et le monde de la presse est tenu régulièrement informé du moindre travers qui pourrait entraver le bon fonctionnement de notre Administration.

*NdlC Note de la Correctrice : L’on parle ici des facultés intellectuelles de ce charmant garçon. Outre Manche, « rendre service à une vieille dame » se prononce « On Her Majesty’s Secret Service »

Laisser une réponse