Rapports sur le Phishing : quelques efforts, peux mieux faire

Etude - Tendances - Posté on 17 Sep 2014 at 3:37 par cnis-mag

psychopenguin Difficilement détectable, particulièrement efficace en Grande Bretagne, mais reposant souvent sur des recettes inusables et inchangées depuis des années. C’est le phishing des temps modernes, celui dont les spécialistes du filtrage « liste blanche-liste noire » nous assurent la prochaine disparition (mais pour cette année, mieux vaut encore acheter une licence)

Difficilement détectable, c’est ce que nous prouve ce billet du quotidien du Sans. Le courriel d’escroquerie revendique son appartenance à une banque connue. L’adresse de réponse semble légitime (et pour cause, le nom de domaine déposé est forgé avec de véritables morceaux d’usurpation de marque) et ledit site bidon se voit attribuer une blancheur virginale grâce à un certificat SSL d’une authenticité indéniable… ce qui affiche illico l’image d’un cadenas sur l’interface du navigateur utilisé. Las, le cadenas seul n’est une garantie de sécurité que dans la bouche d’un banquier… c’est dire le niveau de confiance que l’on peut lui prêter.

L’on notera au passage la charge féroce du Sans contre la rapacité aveugle des vendeurs de TlD aux extensions bizarres. Les .biz, .support, .club et autres nouveaux suffixes ne sont achetés que par les escrocs du net, affirme en substance l’auteur de l’article. Les Registrars sont complices de cet état de fait et participent activement à ce commerce, préférant ignorer à qui et pourquoi un particulier du fin fond de la Russie ou des espaces Nigérians dépose, qui un séejo4ih66ohoaze98ro.com, qui un Credi-tlyonnais.biz.

Efficace en Grande Bretagne … le pays des Gibi doit payer le prix de sa langue véhiculaire. Un bon scam est un scam en Grand Breton dans 80 % des cas. Les insulaires d’Albion reçoivent au bas mot plus de 3,5 fois plus de courriels non sollicités que nous autres Français et près de 12 fois plus que nos voisins Germains. Notons au passage que l’étude de Proofpoint mélange allègrement le spam et le scam… la publicité directe et le hameçonnage. On ne va pas se chamailler pour une lettre de différence, après tout.

Comparé au volume de courriel transitant au sein de chaque pays, les chiffres donnent des résultats radicalement différents. Le taux de spam Allemand est de 1,3%, celui de la France de 0,9%, celui de la Grande Bretagne de 1,2% et celui des USA de 1%. En d’autres termes, les Anglais ont l’épistolaire facile, les Allemands ont la plume taciturne… mais la proportion de courriers douteux est à peu de chose près identique dans tous les pays.

Des recettes inoxydables avec le temps, c’est McAfee qui l’affirme. Les emails de phishing qui « marchent » le mieux sont, par ordre d’entrée en scène, les missives des services de maintenance informatique ( cliquez le lien pour mettre à jour votre compte professionnel), les escroqueries iTunes ( votre compte a été piraté …) et enfin, et surtout les carambouilles Gmail. Le message d’incitation invite à ouvrir un document GoogleDoc (hébergé sur les serveurs Google, portant certificat de l’opérateur de service). Bref, le Canada Dry de l’authenticité.

Dans ces trois cas, les tentatives de vol d’identité sont intimement liées au Cloud Computing. Il y a d’ailleurs fort à parier que le premier exemple, celui du service informatique distant, soit appelé à un avenir radieux, grâce à la multiplication des offres bureautiques dans le nuage. L’on voit déjà passer, timidement, quelques courriels de prétendus administrateurs Office 365 inquiets d’une activité suspecte. Mais lorsque l’on connaît les réels temps de réaction des opérateurs Cloud, ce détail même devrait éveiller des soupçons. Ce florilège de cyberlettres faisandées ne saurait être complet si l’on omettait le tout dernier « rapport » de Verisign/Symantec sur le sujet. Tapageusement intitulé Fraud Alert: Phishing — The Latest Tactics and PotentialBusiness Impact, il fournit quelques chiffres supplémentaires, stigmatise au passage les serveurs d’hameçonnage situés en Chine et donne une vision catastrophiste des risques de ce type.

1 commentaire

Laisser une réponse