Scène « hack3rZ » : Acte I, LulzSec et la vengeance des cocus étatiques

Actualités - Analyse - Posté on 28 Juin 2011 at 9:41 par cnis-mag

La scène Hacktiviste ressemble de plus en plus à une pièce de boulevard, avec des portes qui claquent, des amants cachés dans des armoires, des quiproquos déjantés et des maris trompés. Portes qui claquent et fausse sortie du clan LulzSec qui disparaît pour se retrouver dans le lit de Anon, tandis que les grandes industries et les administrations notamment US s’aperçoivent qu’elles ont, des années durant, été cocufiées par une tribu de courtisans-vendeurs-d’équipements-de-sécurité-réputés-infaillibles et dont les prétentions au mariage étaient loin de valoir la dote (ou la rente de situation) qu’ils exigeaient.

Pendant ce temps, les gouvernements (principalement européens) jouent le rôle du troisième larron et tirent les marrons du feu en profitant de ce quiproquo. Loz Kaye, du Guardian, revient sur la radicalisation de l’arsenal juridico-policier que justifie le cocufiage de l’industrie et des administrations. Risque que nous dénoncions hier dans nos colonnes. Il faut admettre que même pour les Ministres de l’Intérieur les plus cyniques, l’argument des violeurs, des poseurs de bombe et des cyberpédophiles était usé jusqu’à la corde. Rien de tel pour justifier une énième loi sur la rétention de données ou le filtrage que l’assimilation d’un hack de système à un « acte de guerre ». Les hacktivistes sont-ils nés d’un mouvement de réaction contre les lois répressives, ou les lois répressives sont-elles la conséquence des débordements des hacktivistes ? Question déterministe qui ne connaît aucune réponse, car il n’y a pas d’œuf, il n’y a pas de poule dans cette histoire. Pas plus que le fascisme italien d’avant-guerre n’était la conséquence des attentats prétendument anarchistes qui ont facilité leur accession au pouvoir… car ils en étaient l’origine.

Quoi qu’il en soit, en Grande Bretagne, aux Etats-Unis, en France, il se forge à grand renfort de campagnes médiatique un consensus « anti -pirates » qui reprend l’air des vielles rengaines du danger cyberpédophile. Rengaine qui justifie le fait que les libertés individuelles puissent être mises en veilleuse tant que la « patrie du monde des affaires » et que « l’économie qui propulse les états » sont considérées en danger. Tout compte fait, le nombre de cocus est plus élevé qu’on croit. Les Hacktivistes, tout d’abord, dont les revendications militantes bancales n’ont pas tenu devant l’accusation de cybervandalisme. Certains industriels, responsables sécurité des administrations et grandes organisations, qui se sont couverts de ridicule lorsqu’ont été dévoilées les mauvaises pratiques qui ont permis leur mise à sac, ainsi parfois que leurs « pratiques courantes » lorsque le contenu de leurs fichiers s’est retrouvé publié sur les réseaux P2P. Une partie des internautes en général, qui en arrivent à approuver l’institution d’entreprises spécialisées dans la délation de « coupables de téléchargement » et l’instauration de lois liberticides sans même se rendre compte des conséquences directes de ces lois (un récent sondage du gouvernement annonce que 50 % des sondés « adhèrent » à la mise en place de la Hadopi). Enfin, une majorité géants du business de la sécurité périmétrique qui ont, de tous temps, tenté de réduire la protection des SI à une suite d’outils, et non à une politique cohérente, à des processus normés, à des campagnes de pentesting sérieuses, a des couches de protection hétérogènes… Quant aux responsables des systèmes d’information touchés par ces attaques, ils ont moins besoin d’une « rallonge budgétaire » destinée à renforcer leurs défenses, que d’une réelle liberté de décision afin de mieux organiser ladite défense.

Laisser une réponse