Skype : des silences lourds de signification

Actualités - Sécurité - Posté on 09 Jan 2013 at 11:53 par cnis-mag

C’est le site Polonais zaufanatrzeciastrona qui, le premier, a révélé ces recherches : Wojciech Mazurczyk, Krzysztof Szczypiorski et Maciej Karas, trois chercheurs de l’Institut des Télécoms de Varsovie, ont mis au point un système de transmission stéganographique via Skype, système capable d’envoyer des informations durant les « blancs » de conversation. Ces plages de silence, précise l’article, se distinguent aisément en fonction de leur longueur : 70 octets contre 130 octets lors d’une conversation ou transmission de signal audio. Le taux de transfert est bien entendu proportionnel aux périodes de silence, mais les chercheurs précisent qu’ils peuvent assurer un débit de 1 kilobit/seconde lors d’une conversation normale.

Le procédé n’est strictement pas nouveau : l’utilisation des plages « vides » d’information est vieux comme le monde des télécoms. Citons, par exemple, les anciens procédés de télétexte Antiope, qui diffusait des données météo ou les programmes des chaines de la télévision Française en profitant du temps utilisé par le signal de blanking/retour de trame entre chaque demi-image. Ce n’est après tout qu’une forme de multiplexage temporel… mais un multiplexage qui passe inaperçu.

Skype peut-il devenir un vecteur de transmission capable d’échapper aux systèmes de surveillance gouvernementaux ? La chose est loin d’être sûre. Si SkypeHide, le programme des 3 ingénieurs Polonais, venait à connaître une version utilisable par des usagers « non geek », il est certain que les marchands d’équipements de flicage développeront une contre-mesure. Ne restera aux développeurs qu’une seule parade : chiffrer le contenu de ces messages camouflés. Le principal intérêt d’une transmission stéganographique réside précisément dans le « secret » que constitue son usage. Le procédé étant rendu public, son efficacité s’en trouve fortement amoindrie. L’équipe précise qu’elle fera une communication sur le sujet à l’occasion du tout premier ACM Information Hiding and Multimedia Security Workshop (IH&MMSec) qui se déroulera à l’Université de Montpellier II, du 17 au 19 juin 2013.

Laisser une réponse