Supermicro est « spy-free »

Actualités - Espionnage - Posté on 14 Déc 2018 at 6:06 par cnis-mag

slovo_it

Pas de spyware matériel sur les cartes Supermicro, conclut un audit commandité par la direction de l’entreprise.

En octobre dernier, une rumeur avait été répandue par Bloomberg Business Week laissant entendre qu’un sous-traitant Chinois aurait modifié l’électronique des cartes fabriquées pour le compte de Supermicro, afin d’y ajouter des composants capables d’espionnage. Cette hypothèse, qui semblait déjà totalement fantaisiste à l’époque, s’est pourtant répandue comme une traînée de poudre, à tel point que certaines administrations fédérales US l’ont prise au pied de la lettre, sans même chercher à vérifier la source de l’information et la plausibilité d’une telle assertion. Les rares dénégations, à l’époque, ont été émises par les utilisateurs de machines Supermicro, Apple et Amazon principalement, plus pour écarter les risques d’une atteinte à leur propre image de marque que pour rétablir une vérité technique.

Cette mésaventure a coûté cher au constructeur de super-ordinateurs, les audits en ce domaine n’étant pas particulièrement gratuits. Cette mésaventure est l’occasion, pour Supermicro, de rappeler, à l’aide d’une séquence vidéo pédagogique, qu’un processus de fabrication électronique est soumis à une succession de contrôles qualité et de tests statiques et dynamiques qui ne peuvent « laisser passer » l’ajout d’une « puce espion ».

Laisser une réponse