Tendance : Crypto-fric et cyber-payola

Tendance - Tendances - Posté on 01 Mar 2018 at 4:27 par cnis-mag

Plus fort que le virus ADB.Miner, ce pilleur d’IoT capable de zombifier les téléviseurs sous Android et les transformer en mineurs de cryptomonnaie Monero, voici le magazine culturello-politique Salon. La page de garde du journal explique clairement que l’éditeur a décidé de compenser la perte d’argent occasionnée par les « loqueurs » de publicité en demandant aux lecteurs ainsi protégés d’accepter une appliquette de minage Monero (encore eux !). Présenté comme un add-in ne prélevant qu’une faible portion des ressources informatiques du visiteur, le programme aspire parfois jusqu’à 100% de la capacité CPU. Salon, qui souhaite conserver le « pay per click » sans avoir à supporter le coût de la neutralité du Net, tente de créer un précédent aux conséquences légales difficiles à cerner en matière de droit international.

Monero, encore et toujours, avec « la plus grande infection de virus-mineurs jamais enregistrée »… laquelle est tout de même parvenue à glaner une véritable fortune, explique Scott Helme, son inventeur (https://scotthelme.co.uk/protect-site-from-cryptojacking-csp-sri/) : 24 dollars (et 4000 serveurs touchés) durant la journée du dimanche 18 février. Rappelons que l’infection ADB.Miner ne comptait qu’environ 5000 victimes sur une période comparable, une paille infime dans l’océan des téléviseurs connectés de l’Empire du Milieu, et des facteurs de diffusion comparables.

Il existe cependant une notable différence entre ADB.Miner et l’attaque détectée par Helme : la première vise des IoT quasiment impossibles à administrer ou mettre à jour, la seconde cible surtout des serveurs officiels, appartenant à des organisations gouvernementales US, Canadiennes ou Britanniques.

Le virus-mineur est donc un peu plus tendance chaque jour, et Monero un peu plus le crypto-flouze qui file le blues aux gestionnaires de QoS et de ressources CPU.

Laisser une réponse