Business Model de l’Underground : Métier, mule à colis postaux

Business - Stratégie - Posté on 05 Oct 2015 at 9:47 par cnis-mag
crédit : JD Hancock

crédit : JD Hancock

Selon Brian Krebs, le business mafieux de la « ré-expédition de biens achetés en ligne » repose sur près de 1,6 million de cartes de crédit volées et porte sur un volume d’affaires de plus de 1,8 milliard de dollars. Depuis que les vendeurs en ligne renâclent à livrer l’Europe de l’Est, les gangs mafieux spécialisés dans le trafic de bien achetés avec des identités bancaires dérobées utilisent les services de « mules » habitant dans des pays réputés plus « civilisés ». Lesquelles mules jouent le rôle d’intermédiaires chargés de la réexpédition des objets achetés.

Les mules, généralement des citoyens US en quête de travail à domicile, sont appâtés par des promesses de commissions élevées. Commissions versées en fin de mois, mais qui n’arrivent jamais. Les bandes mafieuses d’Europe de l’Est sont, avec de tels procédés, contraintes de renouveler leur parc de mules tous les 30 jours.

Tout comme dans le domaine des botnets, le cheptel de mules est détenu et entretenu par des spécialistes de ce genre de réseau, qui louent ensuite un service à d’autres truands spécialisés dans l’achat de biens avant revente au marché noir à l’aide d’identités bancaires volées. Des truands qui, en général, font appel à d’autres prestataires de services spécialisés précisément dans le vol d’identités bancaires. Cette taylorisation du travail mafieux cloisonne les organisations entre elles et limite les risques de grands coups de filet policiers.

Laisser une réponse