Censure sur catalogue

Matériel - Produits - Posté on 13 Jan 2009 at 8:22 par cnis-mag

merlinprincesse La liste dont il va être question, consciencieusement dressée par les correspondants de Cryptome, devrait être remboursée par la sécurité sociale et déclarée « grande cause nationale ». Rappelons que chaque jour il devient de plus en plus difficile de s’entendre sur Internet, assourdis que nous sommes par les cris incessants des jeune filles violées, les râles des quinquagénaires agonisants terrassés par les fausses pilules de viagra, les hurlements des ados détournés et les déflagrations des bombes artisanales. Cette liste, précisément, regroupe les principaux industriels seuls capables d’aider les politiques à remettre de l’ordre dans ces écuries d’Augias numériques.

Cette liste, donc, est un catalogue international des fournisseurs d’équipements spécialisés dans la LI . Un sigle dont nous n’oserons rappeler l’homophonie vinicole et ses signifiants péjoratifs. Non, ce serait trop facile. Mais qu’est-ce donc que celle Li là ? La Li, telle que lue, libelle sans illusion les « écoutes légales », « Lawfull Interceptions ». Le mot est si vulgaire, si empli sanies, si propice aux excès qu’on n’ose le nommer. C’est donc par un sigle qu’il le faut désigner, c’est donc sous le couvert d’un sigle –le Gliif, Global Lawfull Inspection Industry Forum -que se regroupent les marchands spécialistes de cette glorieuse industrie.
« Que faites vous dans la vie ? –je pose des bretelles.
Et à chaque élection je convaincs les élus d’acheter mes outils
En leur vendant les pleurs de la vierge qui crie
Ca combat le chĂ´mage et remplit ma gamelle
»
D’ailleurs, ce paravent de lettres, ces acronymes courts semblent une marotte pour tout ces spécialistes qui dressent à leur tour une liste de mots, technique indispensable à la compréhension des échanges verbaux. « J’ai un mandat de LAES délivré avec une IA par le BMWI qui m’offrira le luxe d’une LI sur les IN de tous les NWO, conformément au TR TKÜ ». Remarquons également que, malgré une hégémonie « historique » des équipementiers américains (16 constructeurs et éditeurs cités par Cryptome), soutenus fidèlement des années durant par les encouragements des Gouvernements Bush, la France tire bien son épingle du jeu, avec 3 représentants reconnus internationalement. Autant qu’Israël –pays en guerre-, devançant toutefois l’industrie Allemande (deux noms cités), le Canada, le Danemark ou la Grèce. Lorsque des mesures affirmées comme « exceptionnelles » le deviennent si peu que toute une industrie prend naissance et en vit, l’on peut se demander si, dans le jargon acronymique des ces équipementiers et de leurs acheteurs, il existe un sigle pour les mots « démocratie » et « liberté d’expression ».

Laisser une réponse