Hack in Paris, NDH, nécessaire partage de savoir

Actualités - Conférence - Posté on 01 Juin 2015 at 8:37 par cnis-mag

ludovicCe long tunnel de hacking débutera le 15 et s’achèvera le 17 juin sous les chapiteaux de l’Ecole du Cirque Fratellini , avec une série de « master class » destinées aux chercheurs et professionnels de la sécurité. Au nombre des professeurs, Nicolas « Nicob » Grégoire, Arnaud Soullié, Peter van Eeckhoutte, Aditya Gupta et Aseem Jakhar sans oublier Yann Allain qui nous fera oublier les affres des failles XML en nous plongeant dans celles des bugs matériel et des parfums de soudure : promenade dans le monde merveilleux du hacking « hard ».

Ce n’est que le 18 jusqu’au lendemain que débutera réellement HiP et son cycle de conférences. On y retrouve Nicolas Grégoire, mais également l’inévitable Winn Schwartau, conférencier-de-plénière-de-service qui reviendra sur une idée déjà développée l’an passé, celle de la sécurité analogique.

Nous reviendront dans le détail sur les différentes interventions. Mais l’on peut d’ores et déjà prévoir une bonne ration de « fun » et de « profit » avec José Lopez Esteves et Chaouki Kasmi qui ont exploré la face cachée des IHM vocales, Mario Heiderich avec un exposé sur la vie privée du couper-coller, Timur Yunusov et Kirill Nesterov et leur infernal bootkit par SMS, Axelle Apvrille qui chatouille les capteurs d’accessoires cyber-fitness, ou Veit Hailperin qui revient sur un sujet souvent abordé mais chaque fois déconstruit : l’exploitation des « timestamp » et les remédiations possibles.
Il y aura donc un lot important de recherches classiques, old school presque, et une série de PoC épiques visant les dernières techniques « hipster compatible ».

Après ces deux jours de sapience et d’écoute, Hack in Paris fermera ses portes et laissera la place au plus important, au plus virulent, au plus ravageur CTF de France . Plus d’un millier de « Zombies » combattront jusqu’à la mort numérique ou la victoire finale, décrochant flag après flag, challenge après challenge, tout en tentant parallèlement de trucider les ordinateurs concurrents et défendre avec acharnement le périmètre des leurs.

Exceptionnellement, cette année, c’est Guillaume Poupart, patron de l’Anssi, l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information, qui sera l’orateur de la conférence plénière, suivi dans la foulée par Karsten Nohl. Lorsque les casseurs de protocoles sans fil passent après le Directeur Général d’une institution Française, c’est le signe indiscutable que le monde de la sécurité numérique « active » a su se légitimer. Le hacker déplace désormais Ministres et Hauts Fonctionnaires.
C’est également là la marque d’une autre évolution que suivent d’ailleurs les organisateurs de ces manifestations. Persister à parler de sécurité à un public de plus en plus large, expliquer, vulgariser pour combattre les idées simplistes, voir populistes sur les cyber-jihadistes pédo-terroristes fraudeurs. Et répéter inlassablement le message « la sécurité est une attitude, pas une recette de cuisine » pour tenter d’opérer peu à peu un lent glissement des métiers de la sécurité vers une fonction purement stratégique et politique, moins « opérationnelle », moins « cambouis ». Verra-t-on un jour des hommes-sécu au conseil d’administration d’une entreprise et ainsi justifier l’existence du sigle « CSO » totalement vide de substance en Europe ? Pourra-t-on espérer que la profession puisse enfin avoir voix au chapitre lorsqu’il s’agira de légiférer ? De LCEN en Lopsi, de Loppsi en loi sur le Renseignement (qui fait entrer la barbouzerie dans le droit commun et associe les technologies de l’information à un far-west qu’elles n’ont jamais été… hormis peut-être dans les fantasmes caporalistes d’une minorité en mal de pouvoir.

1 commentaire

Laisser une réponse