Hadopi : coupable, mais pas responsable

Politique - Stratégie - Posté on 02 Sep 2010 at 1:39 par cnis-mag

C’est probablement là la première réaction officielle de la Haute Autorité sur ce sujet, réaction que nous rapportent nos confrères du Monde, avec un papier intitulé « La Hadopi met en garde contre de faux courriels d’avertissement ». Car en choisissant, pour son premier avertissement, un moyen de communication non fiable, facile à usurper et impossible à certifier (voir le précédent Verisign/ Stuxnet ), la Haute autorité ne pouvait ignorer que sa décision entraînerait une vague d’exploitation mafieuse de son fameux « courriel de premier avertissement ». Quelques vagues folliculaires en mal de copie avaient bien des fois évoqué ce risque. L’on ne peut donc douter de la compétence technique des principaux responsables de cette Hadopi, et en conclure que personne en son sein ne pouvait manquer de prévoir ce genre de détournement. Ergo, la chose a été faite en connaissance de cause.

En connaissance de cause, ces mêmes membres de la Commission ne peuvent ignorer que le premier bénéfice du battage Hadopi a également été de sensibiliser les usagers sur la nécessité d’installer des logiciels de protection périmétrique, sous peine de se voir infliger une « amende pour incompétence informatique ». Depuis quelques mois déjà, Firewalls OpenOffice, antivirus, antispam se déploient à tour de CD chez les particuliers… Avec pour première conséquence le fait que lesdits antispams filtreront très rapidement et avec efficacité tout ce qui ressemblera à un email de phishing portant l’estampille Hadopi, comme ils le font déjà avec tout ce qui porte la marque Viagra ou Cialis.

La conclusion de ce syllogisme semble donc indiquer que tout a été mis en œuvre pour que jamais ne soient reçus ces emails d’avertissement, et pour que la véritable « semonce » de l’Hadopi se fasse par lettre recommandée… avec la certitude alors de tenir un véritable « coupable » multirécidiviste.

Mais c’est bien connu, les syllogismes, c’est rien que de la phrase creuse qui sert à apprendre qu’un cheval bon marché est cher ou que Socrate était un chat. Les emails d’Hadopi sont techniquement prévus pour se faufiler entre les (e-)mailles des filtres et sauront déterminer avec précision la correspondance d’un alias de messagerie et d’une adresse IP (un RFC est d’ailleurs en cours de rédaction à ce sujet). Pas de quoi justifier l’intervention d’un juge ou d’un expert. D’ailleurs, si jamais un courriel d’hameçonnage venait à faire des ravages en copiant trop précisément ces fameuses « techniques de contournement », cette même commission serait à même de faire taire ces vils usurpateurs, qu’ils se cachent dans les bas-fonds de la banlieue de Saint-Pétersbourg ou aux confins du désert du Sin-Kiang.

Demain, nous aborderons le passionnant sujet : « les ventes de scarewares boostées par le délit de négligence ? » … ou pas.

3 commentaires

  1. Ganesh

    Je ne savais pas que l’on était obligé d’ouvrir sa boite aux lettres tous les jours…

Laisser une réponse