Pirater un iPhone pour aider la justice

Juridique - Jurisprudence - Posté on 18 Fév 2016 at 6:33 par cnis-mag
Maurizio Pesce

Maurizio Pesce

Toute l’attention de la presse US est retenue par une affaire jugée dans le comté de San Bernardino (Californie). Le juge demande à Apple de fournir à la cour une « mise à jour » du firmware IOS facilitant l’accès aux données d’un terminal modèle 5C.

La demande fait grand bruit car le jugement en question porte sur l’assassinat de 14 personnes par un couple se réclamant combattre sous la bannière de l’Etat Islamique. L’affaire est d’autant plus médiatisée qu’elle est politiquement exploitée par le Gouvernement Obama dans son combat contre la vente libre des armes à feu. Elle pourrait bien servir également dans l’affrontement qui oppose conservateurs d’un côté et défenseurs des libertés individuelles de l’autre.

Nos confrères d’Engadget font discrètement remarquer que la Justice US tente d’exploiter au mieux le pathos qui entoure cette histoire. Plus discrète, effectivement, est une demande d’accès aux données chiffrées d’un autre iPhone par un juge de New York. Là, l’affaire ne concerne qu’un simple trafic de stupéfiants. Exploiter l’émotion pour justifier une systématisation des perquisitions numériques pour des motifs de moins en moins graves, c’est ce que dénoncent les organisations de défense des libertés individuelles. Tim Cook ne s’y est pas trompé et refuse de céder à cette forme de chantage .

Mais le combat est difficile, les affirmations populistes et anxiogènes des faucons conservateurs touchant une large part de l’opinion publique. Situation paradoxale également, car les supporters de ce « droit de perquisition numérique » sont également, pour la plupart, des soutiens indéfectibles de la NRA (National Riffle Association), fer de lance du lobby des armes. La stigmatisation du « coupable numérique » focalise toutes les attentions sur la question du chiffrement exploité par des terroristes, et fait oublier l’origine du problème : dans la plupart des Etats de l’Ouest des USA, il suffit d’un permis de conduire pour acheter une arme automatique.

D’un point de vue purement technique, un billet non signé du blog Errata Sec estime que techniquement, la demande du juge est envisageable, le modèle 5C n’étant pas équipé de la fameuse « secure enclave » (également baptisée « zero knowledge implementation ») qui fait la force du 5S. Et de rappeler les différents mécanismes de protection dont bénéficie le terminal, tel que le nombre limité de tentatives d’entrées de mot de passe ou l’effacement des données en cas d’échecs successifs.

Ni David Maynor, ni Robert Graham n’ont le moindre penchant pour les thèses Républicaines. Pourtant, leurs avis sur la question ne laissent planer aucun doute : toucher à la sécurité des terminaux et contraindre Apple à collaborer à cette fragilisation risque de créer un précédent et une banalisation d’usage.

Laisser une réponse