Une sécurité empreinte d’empreintes

Actualités - Sécurité - Posté on 13 Déc 2018 at 6:28 par cnis-mag

LL Twistiti

Bruce Schneier relève l’information, TechTarget en tartine une page toute entière, et il y a de quoi. Un groupe d’Universitaires (principalement New-Yorkais) a travaillé sur la manière de générer de fausses empreintes digitales à l’aide d’outils deep learning.

La méthode consiste à créer une « méta-empreinte » synthétique présentant sur un seul dessin les caractéristiques de plusieurs individus. Les résultats sont relativement intéressants, puisque l’expérience permet d’usurper, avec un taux d’erreur d’environ 1%, près de 77% d’une base d’échantillonnage d’empreintes.

L’empreinte digitale est quasiment unique pour chaque individu. Mais les systèmes de reconnaissance ne considèrent pas l’ensemble de la pulpe. Seuls quelques caractéristiques sont retenues. Et ces caractéristiques ne sont pas constantes. Partant de ce principe, l’IA utilisée (dressée devrait-on dire) par les chercheurs se serait contentée de faire cohabiter plusieurs de ces caractéristiques tant que leurs dispositions ne provoqueraient pas de collision ou d’incohérence. Une empreinte qui présenterait donc les signes de l’œil gauche de son père, l’œil droit de sa mère, la bouche de la grande tante et le menton du cousin… si l’on osait ce parallèle anthropométrique.

De tels travaux vont certainement en encourager d’autres chercheurs, qui viseront à simplifier au maximum la fabrication de ces fausses empreintes. Jusqu’à ce que les fabricants de capteurs décident un jour d’améliorer les algorithmes de reconnaissance et multiplient le nombre de points distinctifs à prendre en compte.

Il y a de fortes chances que le stade suivant consiste à fabriquer des empreintes synthétiques variables capables de lancer un véritable « brute force », plutôt que d’utiliser l’équivalent d’une attaque par dictionnaire comme l’on fait les chercheurs dans le cas présent.

Laisser une réponse