UMP, Une Majorité de Pirates ?

Actualités - Société - Posté on 18 Déc 2009 at 3:46 par cnis-mag

Phoney NickleLes plus acharnés partisans et défenseurs de la loi Hadopi, Frédéric Lefebvre en tête, accompagné par une bonne brochette de Ministres, se font épingler pour « piratage » par la presse. Le porte-parole de l’UMP, relatent nos confrères du Point, caviarde avec méthode articles de presse, séquences vidéos de reportages, à tel point que la rédaction de Slate France se fend d’une protestation acerbe. L’exemple du chef de file du parti semble déteindre sur tous ses jeunes loups, puisque, nous rapporte Marc Rees de PCinpact, le LibDub des jeunes militants de ce même parti aurait été diffusé sans réelle obtention des droits d’interprétation. Devraient donc, en toute logique, risquer une peine de 300 000 euros d’amende, 3 ans de prison et une suspension de leur abonnement Internet, par ordre d’entrée en scène, MM Rama Yade, Patrick Devedjian, Rachida Dati, Eric Besson, Jean-Pierre Raffarin, David Douillet, Laurent Wauquiez, Xavier Darcos, Frederic Lefebvre (bis), Gilbert Montagné, Christine Lagarde, Stéphanie Fugain, Valérie Pécresse, Nadine Morano, Chantal Jouanno, Eric Woerth, Benjamin Lancar, Xavier Bertrand et quelque 250 autres participants un peu moins célèbres. Si l’on peut sans l’ombre d’un doute exempter du crime de préméditation la grande majorité de ces amateurs de play-back, on peut en revanche s’inquiéter pour deux artistes, un Premier Ministre, un ex-premier Ministre, un ex-Garde des Sceaux et plusieurs grands avocats, tous censés connaître l’existence et la rigueur de la loi …

2 commentaires

  1. Marc Olanié

    Les paroles de l’Abbé Lattaignant s’appliquent effectivement aux lois De là, je conclus que le mot Doit être mis avant la chose. Qu’il ne faut ajouter au mot Qu’autant que l’on peut quelque chose. Un « mot » -ou un texte- n’a de valeur et de crédibilité qu’à partir du moment où l’on « peut » quelque chose. Ce conditionnel que vous déplorais pourrait bien, à l’avenir, servir quelqu’avocat défendant une victime condamnée de façon arbitraire.

  2. « Devraient donc, en toute logique, risquer une peine de 300 000 euros d’amende, 3 ans de prison et une suspension de leur abonnement Internet » … Justement c’est le « devraient » qui m’énerve …

Laisser une réponse